Plaidoyer pour une réforme du système de notation financière

Plaidoyer pour une réforme du système de notation financière

Les agences de notation continuent de faire la loi de la finance mondiale malgré leur looping, leur cécité sur des crises économiques, aggravent celles existantes et continuent de plomber l’envol des pays pauvres qui ont besoin de financements pour se développer. Ce sombre tableau des météorologues de la finance mondiale poussera Macky Sall, lors de

Les agences de notation continuent de faire la loi de la finance mondiale malgré leur looping, leur cécité sur des crises économiques, aggravent celles existantes et continuent de plomber l’envol des pays pauvres qui ont besoin de financements pour se développer. Ce sombre tableau des météorologues de la finance mondiale poussera Macky Sall, lors de sa présidence de l’Union africaine, à revoir le système de notation financière.

En plus de la gouvernance démocratique, des questions de paix et de sécurité, le financement des économies africaines sera une des priorités du Président Macky Sall à la tête de l’Union africaine. Et les agences de notation vont en prendre pour leur grade. Selon plusieurs sources, dans son entourage, le chef de l’Etat veut qu’on revoie le système de notation financière qui est parfois très subjectif, ne voit des crises venir comme celle des Subprimes en 2007, et freine l’investissement sur le continent noir. Lequel pourrait aussi mettre en place une agence de notation continentale si les règles ne changent pas. Car, les pays africains souffrent beaucoup des «bénédictions» de ces vigies de la finance mondiale, non régulées, qui peuvent parfois pousser les prêteurs à pratiquer des taux
élevés aux pays pauvres et besogneux d’Afrique. Elles continuent d’imposer des règles prudentielles aux banques et autres institutions financières qui, à leur tour, infligent des conditions hors normes aux Etats qui ont tous des problèmes de finances publiques. Et qui ont tant besoin que l’on crève le plafond d’endettement imposé, selon les organisations régionales, afin de permettre aux dirigeants de ces pays, où tout est urgence, de lever les fonds nécessaires au financement du
développement.
Macky Sall veut aussi une réforme de l’Organisation de coopération et de développement économiques (Ocde) pour permettre à l’Afrique d’accéder à plus de financements. Macky Sall avait déjà donné un avant-goût de sa position sur cette question lors du sommet de Paris sur le financement des économies africaines, en mai 2021, quand il avait proposé un «new deal» plus juste aux partenaires de l’Afrique. En effet, la calamité publique de la Covid-19, qui a réduit en
cendres les économies pendant quelques années, montre l’injustice de la finance mondiale avec
des pays d’Europe et d’Amérique qui ont creusé leur déficit public pour faire face à la pandémie
alors que les Etats africains étaient plafonnés.
La question de la dette et de la relance économique post-Covid sera aussi une priorité pour le
Président Sall qui ambitionne aussi de relever le défi de la gouvernance démocratique et économique en Afrique à l’image de son prédécesseur à la tête du Sénégal, Abdou Diouf, qui avait relevé celui de la lutte contre l’apartheid lors de sa présidence de l’Oua.

admin
ADMINISTRATOR
PROFIL

Posts Carousel

Laisser un Commentaire

You must be logged in to post a comment.

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos